La Médecine nucléaire est une spécialité d’imagerie qui consiste à administrer, le plus souvent par injection intra-veineuse, un radioélément (isotope radioactif). La substance à administrer est choisie en fonction de l’organe à explorer. Les examens diagnostiques de médecine nucléaire (scintigraphies) sont réalisés à l’aide d’un appareil de détection simple (gamma caméra, SPECT, PET) ou hybride couplé à un CT (SPECT/CT, PET/CT). Cette technique permet non seulement d’évaluer l’évolution d’une maladie, mais également d'avoir un repérage anatomique.

Les examens de médecine nucléaire conventionnelle s'appellent des scintigraphies.

Des traceurs faiblement radioactifs sont injectés au patient, s’accumulent dans certains tissus et peuvent être suivis de l’extérieur par des caméras spéciales. Ainsi, celles-ci reconstruisent ainsi une image précise de l’activité des organes et des tissus malades.

La scintigraphie est une imagerie dite « fonctionnelle », car elle permet de mettre en évidence le fonctionnement de l'organe analysé.

Ces examens sont réalisés dans des services de médecine nucléaire dont seuls certains centres Affidea sont équipés.

Les substances injectées ne sont pas toxiques, ne sont pas douloureuses et ne provoquent pas d'allergie majeure.

Veuillez nous informer d'une grossesse ou d'un allaitement éventuel ; nous prendrons les dispositions nécessaires.

En général, il n'y a pas de contre-indications absolues. Certaines préparations préalables peuvent toutefois être demandées aux patients.

En cas de grossesse, nous vous prions d'informer le personnel médical du centre.

Il existe effectivement des préparations particulières en fonction du type d'examen à réaliser. Nos équipes médicales vous informeront de la marche à suivre en fonction de l'examen programmé.

Cet examen n'est pas douloureux, mais peut être inconfortable en raison de sa durée.

Cela dépend du type de scintigraphie effectuée. En général, la durée est de 20 à 60 minutes. Souvent, l'examen se déroule en deux étapes : l'injection du radioisotope, puis l'acquisition des images. Le délai d'attente entre ces deux étapes peut varier entre 1 et 3 heures. Cela est nécessaire pour permettre la fixation du radioisotope sur les tissus.